AcyMailing Module

Evénements

Les pertes de la Valserine
Hotels et restaurants Lancranais
Une équipe municipale dynamique !
La bibliothèque !

La Pyrale du buis arrive à Lancrans !

Des habitants nous ont signalé l’infestation de leur Buis par cette chenille.

Lien vers Video France 3 : http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ain/ain-la-pyrale-du-buis-fait-des-ravages-dans-le-bugey-1073997.html

La Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est une espèce d'insectes lépidoptères de la famille des Crambidae, originaire d'Asie (Chine, Japon, Corée, Inde et Extrême-Orient russe.)

C'est un papillon nocturne, attiré par la lumière, qu'on peut voir tournoyer autour des lampadaires, mais qu'on ne voit voler de jour que s'il a été effarouché.

La chenille de ce papillon ne semble consommer que des feuilles de buis (déjà observé en Europe sur Buxus sempervirens (buis commun) ; Buxus sempervirens L. rotundifolia (ou buis à feuilles rondes qui est une variété horticole) et Buxus colchica Pojark (ou buis de Colchide ou du Caucase).

Il s'agit d'une espèce envahissante, qui figure depuis 2008 sur la liste d'alerte de l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP, 2007).

Description

Chenille : elle est reconnaissable à sa tête noire luisante et son corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé.

On notera la présence de verrues noires et de longs poils blancs isolés. Ces larves ne sont pas urticantes.

Les fausses pattes abdominales sont au nombre de 10.

   

La chenille 

Son envergure moyenne est de 36 mm et son maximum 44 mm.

  • Les chenilles se nourrissent des feuilles et de l'écorce du buis. En l'absence de prédateurs, elles peuvent provoquer des dégâts très importants sur leurs plantes hôtes. Elles tissent des toiles autour des plants infestés et laissent sur le sol de nombreuses déjections vert foncé.
  • Des tests ont été réalisés pour vérifier si ces chenilles seraient susceptibles de s'attaquer à des espèces proches du buis (fusain, figuier et houx), car en Chine, selon la littérature disponible, on le trouve aussi parfois sur le houx à feuilles pourpres (Ilex purpurea), le fusain du Japon (Euonymus japonicus) et le fusain ailé (Euonymus alatus). Il semblerait toutefois qu'à ce jour en Europe ces espèces ne soient pas attaquées par cette pyrale.

    

   

Une lutte mécanique par prélèvement des chenilles non-urticantes peut être faite lorsque les chenilles sont en faible nombre. Ces dernières peuvent être détruites par exemple en les écrasant.

La lutte microbiologique : aujourd'hui la lutte biologique est un moyen de lutte efficace en utilisant Bacillus thuringiensis

Néanmoins, les successions de générations (de 2 à 3, voire 4) au cours d'une année, font que les traitements doivent être répétés sinon, le résultat final sera à nouveau la défoliation totale de l'arbuste.

Une fois que les chenilles éliminées (mécaniquement ou par traitement), de nouvelles feuilles apparaissent progressivement même sur des plants très affectés. Attention cependant en période de sécheresse d'irriguer ces plants défoliés.

Lutte chimique : il est également possible de pulvériser un insecticide chimique homologué mais son effet ne sera pas supérieur au Bacillus thuringiensis et son impact sur l'environnement n'est pas toujours contrôlable. Ce type de traitement demande plus de précautions (il est nocif pour les abeilles et doit être appliqué à l'intérieur des rameaux et sous les feuilles où les chenilles se cachent fréquemment).

Source Wikipedia